Top Menu

« Les problèmes de la résidence et du climat sont étroitement apparentés à la question de l’alimentation. Il n’est donné à personne de pouvoir vivre partout ; et si l’on doit faire face à des devoirs qui réclament le jeu de toute l’énergie, le choix est même très limité. L’influence du climat sur les échanges organiques, sur leur ralentissement ou leur accélération, est si grande qu’au moment du choix la moindre erreur géographique peut arriver non seulement à vous éloigner de votre tâche mais encore à l’obnubiler complètement »

Friedrich Nietzsche dans Ecce Homo

En voilà un thème capital lorsqu’il s’agit de mettre en place un système de travail efficace.

L’environnement.

La motivation, la procrastination sont des processus mentaux complexes, des boites noires comme tout ce qui se rapporte à notre cerveau d’ailleurs. De nombreux progrès ont été fait dans la compréhension de ce dernier mais on est encore très très loin du compte. Du coup, nous en sommes réduis à tirer des conclusions en partant d’expériences empiriques.

J’ai testé , à titre personnel des dizaines de méthodes, des plus sérieuses aux plus surnaturelles, pour apprendre à gérer ma motivation et optimiser mes performances au travail. La stratégie que je vais décrire ici est pour moi clairement une des plus efficaces.

Tout d’abord, il est important de comprendre que chaque individu possède un système de fonctionnement vis à vis du travail bien défini. Il se l’ai construit au fur et à mesure de sa vie.

La plupart des personnes cherchant à augmenter leur efficacité au travail sont dans une logique assez perverse de résolution de problème. Ils ont un problème de procrastination donc ils vont chercher à corriger leur système.
L’étirer, le compresser, le tordre dans tous les sens pour essayer de le rendre efficace à tout prix. Cette attitude, en plus d’être peu concluante mène souvent à des conflits internes. Une tension se met en place entre nos objectifs et notre système.

Faire table raz

Vous commencez à comprendre, pour moi la bonne stratégie dans ce cas est celle de la table raz. Se créer un tout nouveau système en parfait accord avec nos objectifs. Il ne doit plus être un frein mais un moteur qui nous tire vers l’action.

Pour illustrer mon propos, je vais prendre un exemple concret. Avec 3 amis, nous nous étions fixer pour objectif de développer ensemble une application. Vu que c’était uniquement du travail sur ordinateur, nous aurions pu le faire de n’importe ou, il était même dans l’absolu non nécessaire d’être ensemble, on aurait pu travailler chacun de chez soi. Cependant, ce que nous avons décidé de faire, c’est louer un appartement à Buenos Aires où nous nous sommes réunis tous les quatre pendant 3 mois. Le choix n’était pas innocent, nous souhaitions être dans l’hémisphère sud afin d’éviter la déprime de l’hiver parisien, être au soleil. L’appartement était situé près d’un grand parc, idéal pour les séances de jogging le matin. Résultat, nous nous levions ensemble, nous mangions ensemble, nous faisions du sport ensemble et forcément nous travaillons ensemble. Nous avons mis en place un environnement où le passage à l’action, travailler sur notre projet, devenait inévitable. Donc si votre environnement est défavorable à la réalisation de votre projet, vous devez absolument en mettre en place un qui le soi, cela doit même être votre tâche numéro une !

Évidemment, j’ai bien conscience que tout le monde n’a pas la possibilité de s’installer où bon lui semble, dans un climat paradisiaque… afin d’optimiser ses capacités de travail. Cependant, posez vous constamment la question, qu’est-ce-qui dans mon environnement me tire vers mon objectif et qu’est-ce-qui en est un frein.

Chaque individu peut à son échelle se créer un environnement propice au travail.

Que la lumière soit

L’élément numéro un est la lumière. Par son inhibition de la sécrétion de mélatonine, la lumière permet un réveil amélioré et une meilleure capacité de concentration durant la journée. Elle régule l’horloge biologique et améliore la synchronisation des rythmes biologiques, ce qui entraînera une meilleure forme et plus d’ énergie vitale. On dit souvent que le soleil influence positivement le moral. C’est parfaitement vrai car il stimule les régions de la base du cerveau et augmente le niveau de sérotonine (neurotransmetteur), ce qui a un effet antidépresseur.
Si vous n’avez pas la possibilité de bouger au soleil, une solution de secoure pourrait être les lampes à luminothérapie et photothérapie.

A titre personnel, j’ai la Mesa 160 qui est un modèle finlandais (mère patrie de la luminothérapie, on comprend pourquoi), j’en suis satisfait, cependant je vous invite à faire des recherches approfondies avant tout achat car cela représente un petit investissent (autour de 300 euros dans mon cas).

Un espace de travail agréable

Il y a des lieux qui donnent envie de bosser, d’autres de s’évader.

Comment est le votre ?

L’environnement immédiat, celui qui nous entoure, la pièce, les meubles, les objets autour de nous ont une influence sur notre état mental. Cela a d’ailleurs était théorisé il y a plusieurs siècles dans cet art taoïste qu’est le Feng shui. Sans rentrer dans les détails de cette discipline que je vous invite à connaître, vous avez sans doute remarquer qu’il existe des lieux où on se sent bien et d’autres non. Vous devez absolument rendre votre lieu de travail le plus agréable et apaisant possible. Le rangement et la propreté en sont les bases. Vous pouvez aussi vous hasarder à placer quelques plantes ou objets de décoration mais restez cependant vigilants, ces derniers ne doivent surtout pas être des objets de divertissement. Dans ce cas, ils seraient des ennemis et non des alliés.

Un esprit sain dans un environnement social sain

L’environnement social doit être un élément moteur. L’homme étant par définition un être sociable, les autres ont sur lui une influence importante, voir cruciale sur sa productivité. En bien, tout comme en mal. Donc bien choisir son environnement social est une des clés du succès. L’idéal est d’être entouré de gens ayant les mêmes objectifs. On peut alors compter sur un phénomène d’émulation collective, de quoi décupler nos forces. Pour reprendre l’exemple cité plus haut, c’est la raison pour laquelle nous avons décidés de nous installer moi et mes partenaires ensemble, dans le même appartement à Buenos Aires, le temps du projet. Le résultat a été au rendez-vous, nous nous sommes tous surpassés. Dans le cas d’un projet collectif, une personne peut à elle seule sublimer un groupe, tout comme elle peut le réduire en miettes. Voilà pourquoi il est nécessaire de rester toujours vigilent et s’assurer d’être entouré des bonnes personnes.

Pour résumer, l’environnement a une influence concrète sur notre efficacité au travail. Se construire un système propice au travail doit être une priorité. Le succès est la résultante d’un système efficace. Donc, à notre niveau, on se doit de mettre un maximum d’énergie dans la construction d’un environnement qui nous tire vers nos objectifs. Il est de plus bien plus sain de se concentrer sur les conditions nécessaires au succès que sur le succès en lui-même. C’est un changement de perspective utile et apaisant.

L’environnement idéal est celui qui rend la réalisation de notre objectif inévitable.

About The Author

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Close