Top Menu

 

Si la compréhension précise du fonctionnement de notre cerveau est encore un fantasme, il est indéniable que nos facultés à le cerner ne cessent aussi de croitre, notamment grâce aux nombreuses études scientifiques menées sur le sujet.

Commençons par une question. Sommes nous des êtres conscients et rationnels ou bien des boules d’émotions guidées par des instincts ? Eh bien, comme vous vous en doutez déjà, nous sommes les deux à la fois !

Notre cerveau a deux modes de fonctionnement, l’un est délibéré et l’autre intuitif. Les chercheurs en psychologie ont schématisé cette observation par la théorie du double processus (dual process theory en anglais).

Notre mode de fonctionnement intuitif ou émotionnel (appelé aussi Système 1) est rapide et automatique. Il est aussi généralement inconscient. Il utilise nos expériences passées et des règles arbitraires pour nous donner de manière instantanée une évaluation intuitive de chaque situation. Cette évaluation est retranscrite par des émotions et des ressentis physiques.

Ce mode de fonctionnement est en général très efficace dans les situations dites habituelles où nos expériences passées sont pertinentes mais beaucoup moins dans les situations dites non familières.

 

Le mode de fonctionnement délibéré (appelé aussi Système 2) est quant à lui lent et conscient. C’est ce qu’on appelle dans le langage commun « penser ». Il nous permet d’analyser de manière rationnelle des situations inédites et de résoudre des problèmes complexes.

Ces deux mécanismes (systèmes 1 et 2) peuvent fonctionner de manière indépendantes l’un de l’autre, en parallèle et même être en désaccord. Un peu comme lorsqu’on est mal à l’aise vis à vis d’une décision pourtant mûrement réfléchie.

Il faut comprendre que cette distinction entre la pensée délibérée et intuitive n’est qu’une schématisation parmi des centaines d’autres utilisées par les chercheurs pour comprendre comment fonctionne notre esprit. Elle a cependant une particularité qui nous est très utile. Elle est particulièrement efficace dans notre compréhension des processus de prises de décisions et donc d’actions. Pourquoi on fait ceci plutôt que cela ? Que va t’on faire juste après ? ….

 

Nous en arrivons donc à l’affirmation suivante :

La plupart du temps, ce que nous allons faire n’est pas un choix conscient.

 

En effet, la plupart du temps nous sommes en mode inconscient. Nous sommes par conséquent gouverner par nos habitudes, on fait ce qu’on a l’habitude de faire…

D’après certaines études (Wood et al. 2002 ; Dean 2013) , on passerai ainsi plus de la moitié de la journée en mode automatique comme un robot.

Notre cerveau conscient est lui pourtant persuadé qu’il contrôle tout, tout le temps. Pour illustrer ce paradoxe, on pourrait utiliser la métaphore d’un l’éléphant et de son cavalier. L’éléphant représente le puissant cerveau intuitif. Le cavalier, représente lui le cerveau conscient, il essaye de diriger l’éléphant. Le cavalier, posé sur le dos du colosse, pense tout contrôler, cependant c’est l’éléphant qui fait la plus grande partie du travail et s’il se rebelle, c’est lui qui va l’emporter. Voilà pourquoi, vouloir consciemment faire quelque-chose n’est pas toujours suffisant pour forcer le passage à l’action.

 

Vous comprenez maintenant pourquoi dans le cadre de la mise en place d’une nouvelle habitude ou dans la modification d’une déjà établie, il est impératif de travailler aussi bien avec le cavalier qu’avec l ‘éléphant.

Comment ? Et bien, c’est un point qu’on abordera très prochainement dans de nouveaux articles. 😉

Maintenant, pour illustrer cette théorie du double processus de pensé, voici une petite vidéo très bien faite de AsapSCIENCE, elle est en anglais mais vous pouvez activer des sous titres en français en bas à droite du lecteur.

 

About The Author

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Close