Top Menu

Comme nous l’avons vu précédemment dans la partie 1, nous vivons dans une société où nous sommes submergés d’informations, d’activités, de sollicitations et de divertissements en tout genres.

Fuir le multitasking

On en arrive donc à un concept clé qu’il est nécessaire de rappeler: « Le multitâche » ou «Multitasking » en anglais. Le multitasking est un terme générique provenant de l’informatique et qui signifie « faire plusieurs tâches en simultanée ». En gros, dans notre monde moderne, nous sommes constamment entrain de faire du multitâche, parfois même sans s’en rendre compte. Une illustration en est l’utilisation moderne du téléphone portable. Lors des conférences par exemple , je vois constamment des gens autour de moi entrain d’envoyer des sms, tweeter et faire je ne sais quoi d’autre. Au final ces gens n’auront même pas retenu la moitié de ce que moi j’aurais retenu de la conférence car ayant pleinement conscience des méfaits de ce genre d’interruptions sur mon attention, je prends toujours le soin d’éteindre mon portable lorsque je suis en phase d’écoute et d’apprentissage.

Un autre exemple frappant est la présentation de l’information sur les pages web modernes, nous ne sommes plus face à un texte ou une vidéo, nous sommes face à un texte ou une vidéo entourée de dizaines d’images, de liens, de publicités, de commentaires … un nombre incalculable d’informations que notre cerveau traite qu’on le veuille ou non.
J’insiste ici sur « qu’on le veuille ou non ». Vous devez prendre conscience que nous emmagasinons toutes ces informations de manière inconsciente, même si nous n’y prêtons pas attention, ce qui amène à force une saturation de nos ressources intellectuelles.
En gros, tout nous pousse vers le multitasking, c’est à dire traiter plusieurs données en même temps, alors qu’un grand nombre d’études nous montre que ce dernier détruit littéralement notre capacité de concentration et donc notre efficacité.
Nous pouvons par exemple citer les résultats d’une étude de Standford qui démontre que les adeptes de multitasking intensif seraient aussi ceux qui auraient la plus faible capacité d’attention. Les risques associés à une activité très multitâche sont grands et vont, selon l’étude, de la perte de mémoire à l’épuisement mental

La nécessité d’une révolte

Il y a une citation d’Albert Einstein qui illustre bien le fond de la chose:

«Je crains le jour où la technologie dépassera l’homme. Le monde aura une génération d’idiots. »

J’ai bien peur que ses craintes ne soient devenues réalités.
Il faut bien comprendre qu’aujourd’hui, la concentration n’est plus seulement le fruit d’une volonté, d’un travail, c’est aussi celui d’une révolte.
Je citerai aussi une phrase de l’ancien PDG de TF1, Patrick Le Lay « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible ». Cette phrase, de par son cynisme peut prêter à sourire mais il faut pourtant l’analyser avec sérieux. Cela signifie que dans une société de consommation, l’objectif est d’occuper au maximum l’esprit des individus.
A côté de cela, l’humain étant par essence un être créatif, il a un désir profond de mener à bien des projets qui peuvent être professionnels ou personnels. Il a besoin pour cela de toutes ses ressources mentales et d’une concentration soutenue.
Il en résulte un profond sentiment de frustration que j’ai ressenti et que beaucoup d’entre vous doivent ressentir, ce sentiment d’être tiraillé entre deux directions, d’un côté nos instincts et intérêts qui nous poussent à créer, travailler et être productif et de l’autre ce monde moderne qui fait tout son possible pour détourner notre attention.
Nous en arrivons donc à une problématique évidente, dans une société prédatrice vis à vis de nos ressources mentales, comment faire pour être efficace, productif  et même de manière plus générale reprendre le contrôle de notre esprit ?
Il est important de prendre conscience que cette question n’est pas accessoire, ce n’est pas de la branlette intellectuelle puisque apprendre à contrôler son esprit est juste le plus gros effet de levier que nous pouvons avoir sur l’ensemble de notre vie. C’est même le challenge principal de notre existence puisque c’est de lui que va dépendre la réalisation de l’ensemble de nos projets.

 

La pilule magique n’existe pas

L’ erreur serait de croire qu’il existe une pilule magique qu’il suffirait d’avaler. C’est une pensé très moderne de croire que pour chaque problème aussi complexe soit il, il y a une solution simple. C’est complètement faux. Il faut sortir de ce mode de pensée consistant à croire que pour résoudre un problème A, je dois prendre la pillule B et que je vais avoir un résultat C… Tout ce qui est en rapport avec les comportements humains est très complexe, malgré les nombreux progrès faits par la recherche,le cerveau reste une boite noire, on le comprend encore très mal. Par conséquent, il faut réfléchir ici en terme de système. En gros, votre fonctionnement interne vis à vis du travail est un système sur lequel nous pouvons agir. Ce qu’il est important ici de comprendre , c’est que tout au sein de ce système est relié et que le succès final est la résultante d’un système bien construit et fonctionnel. Autrement dit pour avoir des résultats sur un point précis , il faudra agir sur l’ensemble du système.
Tout cela pour vous dire que non désolé il n’ y a pas de formule magique pour résoudre tous vos soucis vis à vis du travail de manière instantané, c’est un peu plus compliqué. Reprendre le contrôle de son esprit, augmenter sa concentration et apprendre à gérer sa motivation est une entreprise ambitieuse qui demande du temps. Mais que peut- on bien avoir de plus important à faire de son temps que de justement apprendre à le gérer ? Je me pose la question.

 

Court terme vs long terme

Il faut aussi de manière définitive sortir de cette culture de recherche de la gratification immédiate. C’est la logique court terme contre celle du long terme. Manger un bonbon me procure un plaisir instantané mais si j’en mange régulièrement tous les jours, au bout d’un moment j’aurais peut être des problèmes de santé, je serai gras et j’aurai peut être pas mal de caries. De même faire du sport peut être vécu dans l’immédiat comme une souffrance, comme quelque chose d’ennuyeux, pourtant si je le fais régulièrement au bout de quelques semaines, j’aurais plus d’énergie et je me sentirai vraiment mieux. Vous voyez bien à travers ces deux exemples que les logiques à court terme et long terme sont souvent déconnectées. Et c’est pareil pour plein de choses dans notre vie, notamment notre productivité et efficacité individuelle, il faudra apprendre à réfléchir toujours à long terme et ne pas se laisser piéger par l’attrait des gratifications immédiates.

Pour conclure, il est important de retenir que notre efficacité au travail, notre productivité est la résultante d’un système bien construit. Si ce site ne devait avoir qu’un seul objectif, il serait le suivant, vous aidez à construire ou à perfectionner votre système.

About The Author

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Close