Top Menu

Avec ce site, Manger Du Lion, je me suis donné pour objectif de comprendre les éléments qui font qu’on est efficace dans son travail et ceux qui font qu’on arrive à mener ses projets à bout. Cependant, il y a une question annexe, primordiale que beaucoup se posent.

Peut on être efficace si notre tâche nous déplait, nous ennuie… bref nous est désagréable?

La réponse est simple et tient en 3 lettres : NON. J’en vois déjà qui désespèrent.

« Quoi ? Vous êtes entrain de me dire que toutes ces tâches ingrates que je dois absolument faire et pour lesquelles je fais tout ce travail de développement personnel, je ne pourrais jamais les réaliser de manière efficace car jamais ils ne seront un plaisir ? C’est ça que vous êtes entrain de me dire ?»

Euh… non évidemment. Ce que je suis entrain de vous dire, c’est qu’il faudra apprendre à ressentir du plaisir durant l’action et c’est possible en théorie pour toute tâche.

Se focaliser sur le processus

Une des causes majeures de mal être vis à vis du travail est la focalisation sur le résultat. La bonne attitude serait une focalisation sur le processus. Oui je sais, c’est quelque-chose qu’on ne veut souvent pas du tout entendre. On est là, « je veux ceci ou cela tout de suite ». J’ai besoin de finir mon rapport de thèse. Il faut que je finisse le développement de ce module aujourd’hui… Vous voyez, ça ce sont des exemples typiques de focalisation sur le résultat. Et oui, je sais, tout dans notre société nous pousse à nous focaliser sur les résultats souhaités… Cependant cet angle est contreproductif.

La randonnée

Je vais prendre un exemple. Lorsque je suis en vacances et que je parts faire une randonnée de disons 10 kilomètres. Quel est à votre avis le kilomètre le plus difficile. Le kilomètre 8-9 ? Non c’est le premier kilomètre qui est le plus difficile. Pourquoi ? Car c’est durant ce premier kilomètre que je me pose toutes ces questions tordues comme « Qu’est ce que je fous là ? » Je pourrais être tranquillement sur une chaise longue en bord de mer en charmante compagnie et à la place je suis avec mon sac à dos au milieu de nulle part en compagnie de 3 barbus. Ca, c’est au début et puis petit à petit ces pensés disparaissent , je me concentre sur chaque pas que je fais, je commence à sentir le vent sur mon visage, je vois les magnifiques paysages autour de moi, j’oublis tout, je me sens juste bien et le reste de la randonnée devient alors un plaisir de chaque instant. Alors que si durant toute la monté, je m’étais focalisé uniquement sur l’endroit où je souhaite arrivé, j’aurais ressenti de l’impatience et dans mon esprit la randonnée aurait duré une éternité.

On pourrait aussi prendre l’exemple de la méditation. Les 3-4 premières minutes peuvent être infernales. On se dit : « Mais que suis je entrain de faire ? C’est insupportable ! »

On est tenté de regarder sur sa montre combien il reste de temps sur les 15 minutes que dure l’exercice… Et puis d’un coup au bout de quelques minutes, 4-5 ou même 9-10, on ressent une sensation de bien être, on accepte totalement la situation , on ne se pose plus de questions, on se sent simplement bien.

A la recherche du temps présent

La raison numéro une d’un mal être durant un travail ou une action est qu’on est généralement pas dans l’instant présent. L’instant présent désigne ce qui se tient entre le passé et l’avenir : l’instant immédiat. Vivre l’instant présent permet un épanouissement par opposition à « vivre dans le passé » ou « s’inquiéter de l’avenir » . L’instant ou le moment présent est aujourd’hui un concept un peu new age. Ca peut en rebuter certains, je le comprends parfaitement mais il faut comprendre que ce concept est en réalité très ancien. On le retrouve chez certains penseurs de la Grèce antique comme Epicure ou dans le Bouddhisme. Nous pouvons d’ailleurs le rapprocher de l’idée de pleine conscience qui est la conscience vigilante de ses propres pensées, actions et motivations. Vous savez ces moments où on prend du recul sur ses pensés et ressentis immédiats.

Tristesse

Exemple : Un proche nous a fait une remarque déplaisante . Suite à quoi on peut passer parfois des heures à se repasser les phrases en têtes. Commencer à émettre des suppositions. Comme il, elle a voulu m’humilier, c’est une personne mauvaise , elle ne m’aime pas… C’est tout le concept de dialogue intérieur ou ce que Eckart Tolle appelle le penseur. Eckart Tollé est justement celui qui a sans doute le plus popularisé ces dernières années ce vieux concepts de moment présent.

Dans son livre majeur, le pouvoir du moment présent , il nous explique que cette personne avec qui on dialogue en permanence, le penseur, n’est pas nous. Par conséquent il est parfaitement possible de se dissocier de ces pensés incessantes qui nous fatiguent l’esprit et nous empêchent d’avancer.

Une des manières les plus efficaces de le faire est de justement prendre du recul sur ces pensés et se mettre dans une situation d’observateur. Observer le penseur. Et vous vous rendrez rapidement compte que ce dialogue intérieur n’apporte rien, qu’il est même souvent ridicule. Cette simple prise de conscience et prise de distance avec le penseur suffit en générale à l’éliminer. Pas définitivement, il reviendra régulièrement mais avec l’expérience , vous apprendrez à l’éliminer de plus en plus vite.

N’oubliez jamais que notre objectif est l’efficacité. Dites vous que être dans le passé, penser, repenser de vielles histoires en vous disant, j’aurais du lui dire ceci ou cela… ou essayer d’anticiper le futur en vous disant par exemple : « Mon dieux , il me reste 3 jours pour finir mon rapport, c’est la catastrophe, que vais je devenir, que vont penser les autres de moi… ». Dans le cadre de l’efficacité au travail, ces pensés ne servent à rien. On se doit donc de les supprimer.

Vous devez comprendre que le moment présent est en réalité le seul qui compte et c’est d’ailleurs le seul qu’on possède réellement, on est constamment dans l’instant présent, jamais dans le futur , ni dans le passé. Plus vous êtes axé sur le passé ou le futur, plus vous ratez le présent qui est la chose la plus précieuse.
Si vous éprouvez des difficultés à accéder au moment présent, exercez vous à observer la tendance naturelle de votre mental à fuir l’instant présent. Vous constaterez alors qu’il imagine en général le futur comme meilleur ce qui nous procure un plaisir ou comme pire, ce qui nous procure un sentiment d’anxiété. Pourtant ce futur n’est qu’une illusion, il n’existe pas. On sera toute notre vie dans l’instant présent. Observer ses pensés, c’est sortir du piège.
Maintenant, il serait aussi totalement ridicule de dire qu’il ne faut jamais penser au passé ou au futur. Ce qu’il faut comprendre , c’est qu’il faut le faire lorsque c’est nécessaire et uniquement lorsque c’est nécessaire.

Persistance de la mémoire – Dali

Exemple : Lorsque vous devez planifier quelque chose, là effectivement il faut se plonger dans le futur. De même, on peut se référer au passé pour en tirer des leçons, un feedback. Mais l’important est de comprendre que ce mécanisme est très gourmand en ressources mentales et surtout limite nos capacités à agir. Il faut donc le limiter aux tâches qui le nécessitent.
Couper ses pensés permet de stimuler la créativité et la concentration. D’ailleurs, même si cela peut paraître étrange énoncé ainsi, savoir se concentrer, c’est savoir ne pas penser.

Exemple, je me rappelle plus jeune lorsque je m’étais inscrit au ping pong. Le prof m’avait dit, « tu sais quant on joue au ping pong , il ne faut pas trop réfléchir». Cela peut faire sourire mais c’est pourtant une évidence. Si on ne fait pas le vide dans sa tête, il est impossible de se concentrer sur cette petite balle qui arrive droit sur nous à folle allure.
Et malgré ce que vous pouvez penser naturellement, diminuer la place qu’occupe le mental dans notre quotidien n’est pas une manière de l’affaiblir. Au contraire ça le renforce. Vous verrez que lorsque vous aurez à l’utiliser, il sera au contraire plus vif, plus tranchant.

Pour résumer , le danger se situe dans l’identification au passé et dans la perpétuelle projection compulsive dans le futur. Lorsque vous vous situez dans ces états mentaux , prenez en conscience et revenez automatiquement au présent qui est le seul état propice à l’action.
Une bonne manière d’entrer dans l’instant présent est d’utiliser nos sensations corporelles. Lorsque vous monter des marches par exemple, concentrez vous sur vos jambes. Ressentez chacun de vos muscles qui s’emploient durant l’action, ressentez le poids de votre corps. Toute votre attention doit alors se diriger vers votre corps, c’est une très bonne stratégie pour rentrer dans l’instant présent.

C’est un procédé très utilisé dans les méditations bouddhistes.

Exercice

Voici maintenant un exercice, prenons une tache vraiment désagréable comme faire la vaisselle. Je suppose que très rare sont les personnes aimant faire la vaisselle. Essayez donc de faire la vaisselle en mode pleine conscience. En mettant vos mains dans l’évier, concentrez sur vos moindres sensations corporelles. Ressentez la sensualité de l’eau qui coule sur votre peau. Vous verrez alors d’un coup que l’action de faire la vaisselle peut d’un coup devenir quelque chose d’agréable, d’apaisant. D’ailleurs s’il vous reste de la vaisselle, je vous invite à aller la faire immédiatement, la faire en mode pleine conscience.

Une autre technique pour couper ses pensés et entrer dans l’instant présent est ce qu’on appelle la dé-focalisation ou la vision périphérique. C’est très simple fixez un point dans l’espace et tout en fixant ce point, observez l’ensemble de votre champ visuel, vos yeux ne bougent pas et vous déplacez votre attention à l’intérieur de votre champ visuel. Dès qu’on est dé-focalisé, les pensés s’arrêtent. C’est automatique. C’est une technique utilisé en méditation par beaucoup de personnes ayant besoin de faire le vide. Faites rapidement le test, vous verrez , c’est très facile.

Pour conclure, la notion de plaisir est essentielle pour atteindre l’efficacité au travail. Et pour cela nous avons besoins de deux choses, nous focaliser sur le processus et être dans l’instant présent. C’est d’ailleurs aussi des conditions primordiales pour atteindre le flow.

About The Author

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Close