Top Menu

Devenir quelqu’un d’autre, quelqu’un de meilleur est un thème récurrent en développement personnel. Cette idée presque mystique qu’il y aurait en chacun de nous un être supérieur, un super héros ligoté. Même si elle est fausse ou exagérée , cette image est une source de motivation à ne pas sous estimer.

Et pourquoi pas après tout ? Il faut une dose d’inconscience dans tout accomplissement.

Pour illustrer cette idée, j’ai décidé de vous présenter 3 films de super héros sans pouvoirs. Je ne compte évidemment pas vous parler de Batman ou de Ironman qui sont des industriels milliardaires et ça dans notre société, c’est un super pouvoir ! Non, les super héros que je vais vous présenter sont des hommes tout ce qu’il y a de plus ordinaire et même moins que ça.

 

1) Kick Ass : l’ado mal dans sa peau

Kick Ass

C’est sans doute le plus connu de cette sélection, Kick Ass est un film sorti en 2010 de Matthew Vaughn. Il raconte l’histoire plutôt banal d’un adolescent maladroit et complexé, Dave Lizewski, passionné de comics. Un jour il prend la décision de devenir un super héros. Il se procure une combinaison de plongé vert et jaune sur ebay, se trouve un nom et les lance dans l’aventure. Lors de sa toute première sorti costumée, dans un excès de zèle, il se fait poignardé bêtement par des voyous. Résultat, ambulance et service de réanimation. Ce mauvais départ ne va pourtant pas le décourager, il va persister et un soir alors qu’il essayait de secourir un chat, il va littéralement tomber en plein milieu d’un règlement de compte entre malfrats. Avec pour seul arme, son inconscience et deux bâtons, il va se lancer à coeur perdu dans la bataille et va réussir à sauver la vie de l’homme pris pour cible. Des témoins de la scène vont tout filmer et diffuser sur youtube. Très vite Kick Ass devient une star. Il est le super héros 2.0 , possède un myspace et communique par mails.

 

2) Defendor : l’attardé au grand coeur

Defendor

Sorti en 2010 également, Defendor nous raconte l’histoire d’un homme, Arthur Poppington, légèrement attardé, persuadé d’être un super héros ou du moins de pouvoir l’être. Son combat contre le crime est obsessionnel et il s’est fixé pour mission de débarrasser la Terre de « Capitaine Industrie », le parrain d’un grand réseau de narcotrafiquants. Il a pour spécificité de s’interdire l’utilisation de toute arme à feu. Il utilise plutôt un gourdin, des billes ou des flacons pleins de guêpes. Asocial et vraiment barré il va se construire un monde imaginaire en marge de la société. Sa seule amie est une jeune prostituée qu’il a secouru, Kat Debrofkowitz. Le personnage de Defendor de par son coté simple et naïf est réellement émouvant.

 

3) Super : le désespéré suicidaire

Super

Et pour terminer, mon préféré, le film « Super » de James Gunn sorti en 2011. C’est le plus low-cost des 3 mais aussi celui qui regorge du plus d’audace et de liberté. Le personnage principal, Frank d’Arbo est cuistot dans un fast food, sa vie se résume en une succession interminable d’échecs et d’humiliations en tout genre. Il est le prototype presque chimiquement pur du perdant. Cependant, Frank garde en mémoire 2 moments qu’il juge « parfaits », 2 moments dont il est fière. Son mariage avec Sarah, une ancienne toxico qu’il a rencontré à son boulot et aussi ce jour où il dénonça un malfrat à la police. Et puis arrive l’événement déclencheur, sa femme va le quitter pour un Dealer et retomber dans la drogue.

Impuissant, Frank plonge alors dans une puissante dépression, un délire dans lequel il va rencontrer « Dieu » , rien que ça. Et depuis ce jour, Frank est persuadé être l’élu, celui que Dieu a choisi pour être un super héros. Armé d’une clé à molette, il va alors sillonner les rues à la recherche de justice. Dans ses aventures, il croisera la route d’une jeune fille, Libby, encore plus dérangée que lui et qui deviendra sa partenaire de combat. Ce film extrêmement réaliste, notamment dans sa représentation crue de la violence décrit bien la dose de folie nécéssaire à une telle entreprise. Coeurs sensibles s’abstenir.

Au final, ces 3 films, sortis presqu’au même moment, diffèrent considérablement sur la forme mais sont très proches sur le fond. Vouloir être un super héros, c’est en être un. Mais bon comme pour tout projet ambitieux, il faut aussi une dose de folie. En tout cas si vous vous sentez l’âme d’un justicier, sachez qu’il existe un peu partout dans le monde des ligues de justiciers de la vraie vie. En France, on a notamment « Les défenseurs de France », vous pouvez les contacter sur leur Facebook.

About The Author

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Close