Top Menu

CERCLES ET SYSTEMES

Un cercle, c’est une forme simple de système. C’est une logique de boucle de cause à effet : la cause produit un effet, l’effet re-nourrit la cause, et ainsi de suite, tant et si bien que le système s’emballe.

Le principal problème des cercles vicieux est que, en général, nous avons l’impression qu’ils sont HORS de notre contrôle. Nous avons l’impression d’être pris dans un piège dont il est impossible de sortir comme si les conditions extérieures nous contrôlaient et qu’il était impossible d’y faire quoi que ce soit.

NAISSANCE D’UN CERCLE VICIEUX

Comment ces cercles vicieux apparaissent-ils dans nos vies? Qu’est-ce qui leur donne naissance? C’est simple. En voici la source :

Toutes choses que nous faisons ou que nous ne faisons pas ont un effet sur notre vie, même les plus petites.

D’ailleurs une citation bien connue de Benjamin Franklin illustre bien cette idée :

« À cause du clou, le fer fut perdu.
À cause du fer, le cheval fut perdu.
À cause du cheval, le cavalier fut perdu.
À cause du cavalier, le message fut perdu.
À cause du message, la bataille fut perdue.
À cause de la bataille, la guerre fut perdue.
À cause de la guerre, la liberté fut perdue.
Tout cela pour un simple clou. »

Donc faites bien attention aux clous dans votre vie quotidienne.

 

C’est une vision des choses qui peut vous sembler exagérée. Pourtant, cet effet papillon est omniprésent et joue beaucoup sur notre efficacité.

Nos petites décisions, cumulées en quantité et dans le temps, dessinent ainsi notre avenir. Il n’y a par exemple aucun problème à passer quelques heures devant la télévision et à débrancher son cerveau un soir. Le problème émerge quand c’est ce que nous faisons un soir, puis le lendemain, puis le surlendemain… Car la répétition crée l’habitude : ce qui n’était que ponctuel devient habituel et devient notre action par défaut.

Faire la distinction entre les conséquences à court terme et les conséquences à long terme va nous aider à SORTIR des cercles vicieux et à entrer dans des cercles vertueux.

COURT TERME VERSUS LONG TERME

Si, lorsque j’envisage de faire quelque chose, je me concentre sur les conséquences à court terme OU sur les conséquences à long terme, ma décision sera généralement différente.

Les conséquences à court terme et à long terme sont souvent contradictoires. Le court terme nous apporte généralement de petits plaisirs momentanés et superficiels. Le long terme nous apporte généralement quelque chose de durable et de profond.

La question qui se pose à nous est alors de savoir si nous sommes prêts à repousser le court terme au profit d’un gain ultérieur plus significatif, aussi bien en termes de taille qu’en termes d’intérêt personnel.

L’exemple classique serait celui du petit creux lorsque nous n’avons rien à manger à la maison en dehors de quelques cochonneries. La solution de facilité serait de manger une barre chocolatée ou des chips, ce qui va satisfaire notre faim du moment mais va nous faire rentrer dans un cercle vicieux. Ça va nous donner un coup de boost momentané mais sur le long terme nous nous sentirons mal. Alors que, si nous étions allés au supermarché, nous aurions pu faire de vraies courses saines et équilibrées, de quoi nous donner de l’énergie et des nutriments. Dans un cas, on a déclenché un cercle vicieux, dans l’autre, un cercle vertueux. Souvent, dans la vie, le cercle vicieux vient d’un choix de facilité.

Tout comme dans l’expérience du marshmallow, notre capacité à repousser un petit plaisir inutile au profit d’une action bénéfique à plus long terme fera la différence en terme de résultats et donc de succès.

LES ACTIONS COMME PROCESSUS

Le meilleur moyen de voir les conséquences à long terme de nos actions consiste en somme à voir, derrière chacune de nos actions, le processus qu’elle enclenche.

Quand je fais quelque chose, que se passe-t-il ensuite? Quelles sont les conséquences immédiates? Quelles sont les conséquences à long terme? Quelles sont les conséquences si je continue à faire cela de manière répétée? Toutes ces conséquences sont-elles positives ou négatives?

Voir les conséquences cumulées dans le temps est la meilleure manière de vraiment mesurer l’IMPACT de nos actions. Quand nous faisons quelque chose, quoi que ce soit, nous renforçons un peu plus le comportement en question. Ce qui veut dire que nous augmentons la probabilité de le refaire par la suite. En somme, lorsque nous faisons quelque chose, nous nous programmons à le faire de nouveau. Fumer une cigarette, c’est augmenter la probabilité d’en fumer une autre. Céder à une tentation, c’est augmenter la probabilité d’y céder encore et encore, et non pas juste à l’instant T.

De la même manière, lorsque nous disons non à quelque chose, nous renforçons notre capacité à dire non par la suite.

Il est utile de prendre conscience de tout cela et d’avoir une vision étendue des processus qui se mettent en place lorsque nous décidons quelque chose. Il est extrêmement utile de voir l’enchaînement des événements. Chaque action ou comportement produit une autre action ou comportement, et ainsi de suite.

Acheter un paquet de cigarettes vous amènera à le fumer. Et c’est vrai également pour des choses qui ont un impact moins flagrant sur la santé : démarrer la journée en mode réactif augmente la probabilité de passer toute la journée en mode réactif.

J’insiste sur cela car cette vision à long terme des choses peut certes faire peur au début mais elle vous redonne le contrôle de votre destinée. Ignorer les conséquences de nos actes ne les fait pas disparaitre. Cela nous fait simplement subir des conséquences que nous n’avions pas prévues.

Passons maintenant à des exemples positifs!

Si vous jouez d’un instrument de musique, en faire dès que vous vous levez le matin augmente la probabilité d’en refaire plus tard dans la journée. Et, en faire plusieurs fois dans la journée augmente la probabilité d’en faire régulièrement les jours qui suivent. Comme vous obtenez des résultats cela vous encourage à pratiquer encore davantage et à progresser encore davantage.

Réaliser une action, même anodine, nous encourage. Cela nous « prépare » à la refaire par la suite et cela nous rapproche d’un résultat mesurable. Ce résultat, lui-même, nous encouragera à refaire l’action en question, et ainsi de suite. Il est important de voir tout ce processus : nos actions elles-mêmes, leurs résultats, et la manière dont ces résultats nourrissent notre motivation. C’est ça aussi le cercle vertueux : un encouragement permanent !

 

About The Author

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Close